L’O.I.R.A.P.M.M , par le Grand Maître Mondial W.R

L’Ordre International du Rite Ancien et Primitif de Memphis-Misraïm est un Ordre Initiatique Traditionnel pratiquant le Rite de Memphis-Misraïm.
Notons que l’Ordre compte 3 branches indépendantes les unes des autres placées sous l’autorité du Grand Maître Mondial, à savoir une branche masculine, une branche mixte et une branche féminine. Il faut préciser à cet égard que la Franc-Maçonnerie de l’Ordre International du Rite Ancien et Primitif de Memphis-Misraïm admet en son sein la femme à égalité absolue avec l’homme.
Avant d’aller plus loin, il me paraît utile de partager avec vous ma conception de l’initiation maçonnique et de la Franc-Maçonnerie en général.

Introduction

L’Initiation maçonnique : aperçu général

L’initiation maçonnique procède d’un climat, d’une communication qui s’établit, au delà des mots, entre un groupe d’initiés et un récipiendaire.
Les cérémonies d’initiation tracent des lignes de force, montrent les routes pouvant être suivies, opposent l’ombre à la lumière, développent des thèmes de vie et de mort, de connaissance et d’ignorance. Elles offrent à la réflexion, à la méditation de celui qui les vit, une série de symboles qui portent en eux un précieux enseignement pour qui sait en découvrir le sens profond.
Mais, au fait, que signifie donc « devenir franc-maçon ? » Cela signifie le passage d’une vie naturellement conventionnelle et standardisée à une vie plus spirituelle. Cela signifie le refus des idées communément admises par le monde extérieur en étant convaincu que ces idées ne sont que des images, des ombres ou des substitutions temporaires à une réalité infiniment supérieure qui leur est sous-jacente.

Cela signifie encore la quête acharnée de la Réalité elle-même et la redécouverte des secrets authentiques cachés au fond de nous-mêmes, de notre existence intime, de notre moi profond. Cela signifie enfin l’éveil des plus hautes facultés spirituelles endormies en nous dans la perspective d’une prise de conscience beaucoup plus grande de notre être. En un mot, cela signifie que le néophyte découvre petit à petit la manière de consacrer sa vie à des principes supérieurs plutôt que de continuer à se concentrer sur lui-même et cela de manière telle que, par l’application des principes de l’Ordre, il puisse arriver à son complet épanouissement. D’où l’importance de la cérémonie d’initiation qui, si elle est bien menée, provoque un choc psychologique profond et marque d’une manière tangible la rupture avec un mode de vie ancien et la naissance virtuelle d’un homme nouveau, d’un homme enfin éveillé.

C’est par la Connaissance que chacun parvient, s’il le désire, à forger son propre engagement spirituel. Connaissance par laquelle la raison réalise d’abord l’image discontinue et imparfaite du réel, enregistrée par les sens, mais aussi et surtout, connaissance de soi-même, connaissance de ses possibilités à réagir au milieu extérieur, connaissance de ses aptitudes à analyser ses propres pulsions subconscientes et à les orienter dans les limites compatibles avec la vie en société et la dignité de la personne.
Chaque maçon poursuit ainsi sa Vérité, qui est sa manière personnelle de scruter les replis les plus intimes de sa conscience afin d’y découvrir le fil conducteur de sa conduite.
Mais c’est par l’Amour que cet engagement spirituel réalise vraiment sa plénitude. Amour de l’autre et de tous les autres, amour de la justice, amour de la beauté, amour qui est source inépuisable de solidarité et de fraternité humaines, affinité inassouvie pour les êtres et les choses.

L’initiation maçonnique apparaît ainsi comme une manière personnelle et incommunicable de réagir au monde de la Réalité et de conférer à celui qui la vit tout d’abord une ébauche d’immunité vis-à-vis de l’ignorance, de l’injustice et de l’égoïsme du monde et aussi une forme de sagesse, lui permettant de discerner mieux que d’autres, dans le mystérieux enchevêtrement des idées et des faits, ce qui est fondamental et ce qui est accessoire, ce qui est important et ce qui est puéril, ce qui est conforme à la haute destinée de l’homme et ce qui, au contraire, peut inhiber son élévation ; c’est enfin une aptitude à écouter et à comprendre autrui, en s’efforçant de saisir, sous l’écorce fallacieuse des apparences, la réalité vivante et profonde.
Je sais que la voix du monde profane se fera entendre pour nous dire : « Mais à quoi tout cela sert-il ? N’y a-t-il pas des choses bien plus importantes à faire ? Pourquoi perdre son temps à toutes ces balivernes ? Est-ce comme cela que l’on résoudra les grands et innombrables problèmes qui surgissent partout dans le monde ? Eh bien, ici, je ne résiste pas à vous livrer l’opinion de notre F:. Marius LEPAGE qui s’exprime ainsi :

« La Franc-Maçonnerie actuelle voudrait, nous dit-on, préparer un monde meilleur. Nous sommes dans l’erreur totale. La Franc-Maçonnerie n’a pas à préparer un monde meilleur.
La Franc-Maçonnerie doit préparer des hommes qui, ensuite, peut-être feront un monde meilleur. »
Mais la Franc-Maçonnerie, c’est aussi autre chose, quelque chose de plus complexe, de plus impalpable, de plus insaisissable mais pourtant de bien présent, quelque chose que l’on ne dit pas mais que l’on éprouve, quelque chose que l’on ne peut communiquer aux non-maçons, quelque chose enfin qui nécessite une certaine réceptivité pour pouvoir la restituer.

Esprit du Rite Ancien et Primitif de Memphis-Misraïm

Les Maçons de Memphis-Misraïm conçoivent la Franc-Maçonnerie comme un Ordre qui se situe hors du Temps et de l’Espace.
Elle unit les Initiés de tous les lieux et de toutes les époques, Frères et Sœurs de toutes conditions, de toutes origines, de toutes croyances ou philosophies qui conjuguent leurs efforts en vue de la construction du Temple Idéal de la Vérité, de la Justice et de la Concorde. Ils considèrent que, plus qu’une institution, la Franc-Maçonnerie est une méthode traditionnelle d’accès à la Connaissance et, par elle, à la Liberté.

La recherche fondamentale est celle de la Vérité et celle-ci ne peut être ni chrétienne, ni bouddhique, ni islamique, ni même maçonnique…, elle n’est que la Vérité.
Ils conçoivent que la recherche de l’harmonie dans la Connaissance, dans les conduites rituelles, dans le symbolisme, dans les règles de vie, mène à un approfondissement des sources initiatiques.
Notre Rite se veut à très juste titre traditionaliste. Par ce qualificatif, les Maçons du Rite veulent rappeler leur solide attachement à la « Tradition Maçonnique », véhicule de la Tradition Primordiale, fonds commun universel, patrimoine constitué par les acquis d’une quête multimillénaire de l’humanité pour la Connaissance.
La Tradition Maçonnique n’est autre qu’une expression de la « Charte Immuable » des valeurs essentielles de toutes les civilisations passées et à venir. Cette charte est fondée sur le respect des Droits et de la Dignité de l’être humain dans l’indépendance de son esprit et l’intégrité de son corps.

La négation de ces valeurs qui forgent notre éthique, signerait une régression certaine quelle que soit l’explosion des progrès technologiques ou scientifiques.
Dans la confusion qui caractérise souvent notre époque, on a édulcoré, dénaturé même, ce terme de Tradition en lui attribuant une connotation soit désuète, soit rigide,
conservatrice et « intégriste ». Gardons-nous donc des déviations de langage qui traduisent une dégénérescence des idées correspondantes !
Cette Connaissance traditionnelle primordiale constitue le fonds commun de toutes les Initiations et son contenu s’est transmis par la méthode symbolique jusqu’à nous à travers toutes les fraternités secrètes dont la longue chaîne n’a jamais été interrompue.
Notre référence à la Tradition ne doit donc pas être confondue avec un « passéisme stérilisant » ou un « conservatisme borné ». Mais rompre avec la Tradition, c’est rompre avec la Sagesse et les Principes universels de la conscience humaine.

Notre Rite est déiste. Selon la définition même de ce terme, l’Ordre de Memphis-Misraïm n’impose pas la croyance en une Divinité révélée. S’il travaille bien à la Gloire du Grand Architecte de l’Univers, il a également foi au progrès humain et croit en l’existence probable d’une Intelligence à l’œuvre dans tout l’univers.
Il est adogmatique et pratique la plus large tolérance : à chaque Maçon de se forger ses convictions, de les garder ou d’en changer. Chaque Maçon est libre de ses croyances et de ses opinions, à condition toutefois de ne pas les imposer à autrui et de n’appartenir à aucune tendance intégriste ou intolérante.
Notre Rite qualifie le Grand Architecte de l’Univers de « Principe ordonnateur que l’on peut invoquer sous cent noms divers » et que « la raison humaine est aussi impuissante à définir qu’à nier ».
Il est évident que pour nous, il ne s’agit nullement d’un Dieu révélé et personnalisé, et affublé de multiples qualificatifs à consonance humaine et nous ne faisons jamais de théologie au sein de notre Ordre. Ceci nous différencie totalement de la Grande Loge Unie d’Angleterre et de la maçonnerie anglo-saxonne et régulière en général.
La notion de Grand Architecte est en F:.M:. à la fois plus ample et plus restreinte que celle du Dieu des diverses religions. Le Grand Architecte fait plus précisément référence au principe créateur et ordonnateur de l’univers, à la force qui géométrise, qui ordonne ou qui a ordonné le chaos.
Cela dit le Grand Architecte de l’Univers est un symbole comme tout ce qui est dans le temple et comme symbole, il parle à chaque frère en fonction de sa sensibilité. Ainsi, l’interprétation du terme de Grand Architecte est laissée à l’appréciation de chacun.

Il reste cependant évident qu’il serait vain de prétendre faire une recherche à MemphisMisraïm si l’on ne croit pas à l’existence d’un monde spirituel et à un principe suprême.
Notre Rite se dit égyptien car il estime que ses sources résident dans le courant des mystères initiatiques de l’antiquité, en particulier les mystères d’Isis, d’Osiris ou d’Horus
en Egypte.
Ainsi l’Egypte peut-elle apparaître comme l’une des matrices de la civilisation et de la pensée occidentale. Sur cette même terre se sont succédé l’empire des Pharaons, l’hellénisme alexandrin, le peuple hébreu, le christianisme copte et l’islam. Proche de la Mésopotamie, elle s’ouvrira à Rome et à la Grèce qui, par Pythagore et Platon, pour ne citer qu’eux, retiendront ses enseignements.
Les découvertes archéologiques, notamment au début du 20ème siècle, ont établi de réelles analogies entre certaines pratiques initiatiques de l’Egypte antique et une partie de celles de la F:.M:. d’aujourd’hui comme par exemple la chambre de réflexion avant l’initiation.
L’entièreté du Rituel d’ouverture et de fermeture des Travaux en Loge bleue de notre Rite fait en outre des références explicites et implicites à cette tradition égyptienne.
Ajoutons l’analogie du rituel d’initiation maçonnique avec le rituel initiatique du Livre des Morts comportant toujours trois étapes : rite de séparation d’avec le monde profane, épreuves, voyages, mort symbolique, renaissance à une vie plus éclairée.

Notre Rite est spiritualiste. La spiritualité (du latin spiritus, esprit) désigne, par opposition à la matérialité (corps, instincts, la chair, etc.)… les questions qui se rapportent à l’esprit et à sa vie (expression vie de l’esprit). La spiritualité s’appuie sur un état de croyance relatif à l’existence d’un ordre de réalité de l’esprit, différent de celui du corps physique. Elle est une manifestation d’une perception d’ordre surnaturel dépassant la réalité matérielle de la vie.
Comme l’écrivait Constant CHEVILLON, « La Franc-Maçonnerie est une école d’ascèse qui donne au spirituel la primauté sur toutes les activités et valeurs humaines. C’est une institution groupant des hommes élus par leurs qualités de coeur et d’esprit pour apporter une contribution consciente et éclairée au salut de l’humanité et qui, dans ce but, s’efforcent d’atteindre la Vérité par la juste compréhension ésotérique d’un symbolisme à travers lequel cette Vérité s’exprime ».
La Primauté de l’esprit est donc une recherche évidente pour tout Franc-Maçon de notre Rite et la Franc-Maçonnerie est réellement une doctrine de l’Éveil de cet esprit. Il suffit d’ailleurs d’observer les variantes dans la disposition de l’Equerre et du Compas au cours des trois grades de la Maçonnerie Bleue pour être convaincu que tel est bien l’enseignement de tous les Rites Maçonniques sans exception, même si ces variantes ne sont malheureusement plus comprises à leur juste mesure.

Le Rite de Memphis-Misraïm est spiritualiste pour toutes les raisons évoquées cidessus mais de plus, il enseigne que la vie se poursuit, d’une manière ou d’une autre après la mort physique.

Structure de l’Ordre de Memphis-Misraïm

La structure de l’Ordre de Memphis-Misraïm est dite pyramidale, c’est-à-dire qu’elle est composée d’un certain nombre de corps maçonniques étagés depuis les Loges Bleues
jusqu’au Souverain Sanctuaire, corps Maçonniques qui sont de bas en haut :

Les Loges du 1er au 3e degré qui constituent la Maçonnerie Bleue, dite aussi la Maçonnerie Symbolique. La Maçonnerie symbolique étudie la morale, donne une explication du symbolisme et dispose les commençants à la recherche philosophique. Vient ensuite la Maçonnerie Philosophique du 4e au 33e degré. La Maçonnerie
philosophique enseigne la philosophie de l’histoire ainsi que les mythes de l’antiquité.
Son objet est de pousser à la recherche des causes et des origines.
Le 33e degré relie la Maçonnerie Philosophique, dite Écossaise à la Maçonnerie Hermétique, du 34e au 90e degré. La Maçonnerie hermétique s’occupe de haute philosophie, étudie les mythes religieux des différents âges de l’humanité et admet le travail philosophique occulte le plus avancé.
Le Souverain Sanctuaire International, suprême Autorité Spirituelle du Rite, est dirigé par le Président du Souverain Sanctuaire International, Souverain Grand Maître Mondial.
Il se compose des Grands Conservateurs de l’Ordre (95ème degré).

Les membres du Souverain Sanctuaire International sont appelés par le Souverain Grand Maître Mondial. Ils ont pour mission de maintenir intacts tous les principes hilosophiques et ésotériques du Rite, en s’efforçant de suivre un haut Idéal Spirituel et de le répandre dans le monde.
Ils doivent expliquer le symbolisme maçonnique d’après les données des sciences initiatiques et s’efforcer d’établir une harmonie fraternelle qui sera bénéfique, non seulement pour l’Ordre, mais aussi pour l’Humanité toute entière.
L’Autorité suprême du Rite est le Président du Souverain Sanctuaire International, Grand Maître Mondial, qui est détenteur de droit du 99e degré, suprême dignité du Rite.
Treize Grands-Maîtres Mondiaux ont jusqu’à ce jour, présidé à ses destinées.

Le Grand Maître Mondial, s’il est le président de l’Exécutif, est surtout le Garant d’une Tradition Initiatique qui spécifie le Rite de Memphis-Misraïm.
Les grands maîtres mondiaux reçoivent leurs pouvoirs de leurs prédécesseurs. Dans notre Ordre, la chaîne est continue depuis Garibaldi. Cette transmission une fois donnée et promulguée régulièrement ne peut-être reprise car ce qui est transmis n’est pas, à l’évidence, d’ordre matériel.
Cette organisation pyramidale est essentiellement spirituelle, car, sur le plan social, tous les Frères et Sœurs de notre pyramide sont fermement ancrés dans l’idéal démocratique et cela depuis le début de notre Ordre.

Rôle de la Franc-Maçonnerie Egyptienne au 21ème siècle

Nous nous devons d’apporter une réponse à ceux de nos Frères ou de nos Sœurs, à l’intérieur comme à l’extérieur du Rite d’ailleurs, et plus généralement à nos détracteurs qui nous taxent d’égyptomanie avec un brin de condescendance ou encore dénigrent notre rituel jugé suranné, ancré stérilement dans un passé égyptien bien révolu, qui décidément n’a plus cours selon eux à l’aube du troisième millénaire.
C’est méconnaître notre privilège de puiser dans le terreau fertile d’une sagesse ancienne qui peut féconder notre présent. La Sagesse n’a pas d’âge. L’esprit des textes des mystères initiatiques de l’antiquité conserve toute sa vigueur et sa pertinence. Les vérités intemporelles contribuent à la qualité de la vie spirituelle et méritent d’être conservées, vécues et transmises.
Justification, régénération, illumination, telles sont les trois phases majeures de l’initiation en Egypte d’après le papyrus de Leiden. Quinze siècles de vie religieuse ne paraissent pas avoir modifié le déroulement du rituel initiatique en Egypte ancienne.

Depuis le XVe siècle avant Jésus-Christ jusqu’au Ier siècle de notre ère, ces trois phases se retrouvent homogènes.
Ces trois étapes provoquent l’émergence spirituelle et se retrouvent dans les initiations d’aujourd’hui dans notre Ordre Initiatique Traditionnel de Memphis-Misraïm. Certes, la terminologie n’est plus la même, ni le décor. Mais l’itinéraire imposé au néophyte moderne ressemble étrangement aux moyens mis en œuvre par l’Egypte ancienne.
Un vieux dicton dit : « Dieu dort dans le minéral, rêve dans le végétal, agit dans l’animal et s’éveille dans l’homme. »
C’est donc l’homme qui constitue le meilleur véhicule des attributs divins de la Vie parce qu’il est le seul à posséder une âme individuelle et qu’il dispose de toutes les facultés lui permettant d’en exprimer les vertus dans son comportement.
À l’aube du troisième millénaire, l’humanité vit une heure cruciale de son évolution collective. Du résultat de la crise planétaire que nous traversons dépend non seulement l’avenir de notre civilisation mais surtout l’avenir du continuum de Vie, fruit de milliards d’années d’évolution, qui fait de cette planète une si merveilleuse oasis de fertilité et d’harmonie, vibrant de vitalité et unique dans l’univers entier.
Si nous échouons individuellement et collectivement à parvenir à une plus grande maturité psychologique et spirituelle, rien ne pourra sauver le monde du colossal effondrement écologique dont les signes avant-coureurs abondent déjà aux quatre coins du globe.
Seul un éveil de la conscience planétaire et écologique, un éveil à l’unité indissociable de toutes choses, suffira à stopper et inverser la course folle vers l’abîme. Or, j’en ai l’intime conviction, notre Ordre propose, à travers l’Initiation, une voie authentique de réalisation spirituelle dans le sens où il peut conduire à une mutation, à un changement profond, à une transformation globale des consciences en cette époque-charnière de l’histoire humaine.

Malgré toutes les contraintes sociales, économiques et politiques, malgré tout ce qui en apparence peut être une restriction à notre liberté, nous sommes toujours libres d’adhérer ou non au système artificiel, au moule uniforme que la société nous propose.
Si nous désirons de tout cœur nous libérer du carcan d’idées et d’illusions qu’on nous a mis sur les épaules, NOUS POUVONS LE FAIRE.
Cela ne tient qu’à nous. Il n’y a aucune utopie en cela. Demander au monde entier d’être meilleur et être soi-même encore embourbé dans son petit égocentrisme, ça c’est utopique ! Mais se prendre en main, développer les plus belles qualités humaines qui sont en germe en nous tous et les appliquer avec la meilleure volonté possible autour de soi, c’est tout à fait dans le domaine du possible et du réaliste. Il ne s’agit pas de devenir des saints. Non. Il n’y a qu’à chercher chaque jour à s’améliorer un petit peu, juste un petit peu. Il n’y a qu’à accorder une pleine confiance à la voix de notre conscience qui saura toujours nous guider à travers les épreuves de la vie pour notre plus grand bien.

Conclusion

Voilà donc un aperçu de ce qu’est l’Ordre International du Rite Ancien et Primitif de Memphis-Misraïm, je dis bien un « aperçu » car, comme tout en maçonnerie, il ne peut être appréhendé que s’il est vécu de l’intérieur.
Il ne prétend nullement supplanter les autres Rites. Il estime simplement indiquée une certaine voie susceptible de développer la prise de conscience du franc-maçon, et il pense, à tort ou à raison, favoriser ainsi son évolution vers le plein épanouissement de sa spiritualité.
Il plonge ses racines dans les plus anciennes Traditions de l’Humanité. Il s’est régulièrement enrichi de tous les apports spirituels découverts par les Hommes et a constitué ainsi un riche corpus initiatique.

L’Initiation dans notre Rite de Memphis-Misraim nous appelle à la parfaite intégration de ces vérités de base qui consistent à cultiver en toutes circonstances, l’Amour, la Paix, l’Ordre et l’Harmonie, à pratiquer l’Humilité, la Fraternité et la véritable philanthropie, bref, à « élever des autels à la vertu et creuser un tombeau pour les vices ».
Le Rite de Memphis-Misraïm constitue donc une autre facette de la F:.M:., il est conscient du fait que tout ce qui est épars doit être rassemblé et que tous les franc-maçons, s’ils veulent pratiquer sincèrement la fraternité ne peuvent que s’enrichir de leurs différences.
Recherchons, Mesdames, Messieurs, mes FF:.et SS:., ce qui unit et non ce qui divise !
Et pour bâtir avec discernement, Force et Sagesse le monde à venir : que la Lumière maçonnique éclaire nos esprits, affermisse nos cœurs, trempe nos âmes et renforce nos bras !

Télécharger ce texte en pdf