Le symbole

Qu’est ce qu’un symbole ?

Je cite l’encyclopédie Wikipédia :
« Le symbole est, au sens propre et originel en Grèce Antique, un tesson de poterie cassé en deux morceaux partagés entre deux contractants. Pour liquider le contrat, il fallait faire la preuve de sa qualité de contractant (ou d’ayant droit) en rapprochant les deux morceaux qui devaient s’emboîter parfaitement. Au figuré, le symbole devient l’ensemble qui lie deux représentations de la même signification. Par dérivation, le symbole se réduit à l’élément imagé ou audible qui est relié à un sens caché qu’il signifie. En sémiologie, le symbole est une représentation porteuse de sens. C’est un système signifiant relevant de la connotation, de l’analogie…. »

Un symbole rattache une forme à de multiples significations.

Le plus souvent le mouvement du corps est à l’origine du symbole, on se déplace, on trace une figure, on fait vibrer ses cordes vocales….

Un symbole peut-être :

  • Un déplacement (ex. : une manière de marcher)
  • Un objet (ex. : une équerre)
  • Un mot (ex. : AMEN dans notre rite)

Quel rapport y a t-il entre rite et symbole ?

Un rite est une répétition de paroles, d’actions, de formes et de gestes signifiants. Le rituel peut-être profane ou sacré. Un rituel sacré est immuable dans son essence , il ne se discute pas, il s’impose à tous. Un rite, comme celui de notre ordre, implique un signifiant symbolique dans tous ses éléments constitutifs. Le rite vise à mettre en action des symboles de toutes sortes.

Le symbole est-il efficace ?

Un symbole efficace permet le passage à l’initiation effective (commencer réellement la marche vers son centre…). Pour être efficace un symbole doit être médité par une personne qui a reçu l’initiation régulièrement. Le symbole, comme le rite, participe fortement à l’initiation maçonnique.

Est-il possible « d’expliquer » un symbole ?

Oui, en étant conscient que l’explication n’est pas un vécu. Lire un commentaire sur un symbole ce n’est pas le connaître, au sens où nous l’entendons. Une explication est toujours extérieure. C’est une approche utilisant le cerveau « qui calcule, qui mémorise » par opposition à l’approche utilisant le cerveau qui médite ou contemple, clé du vrai ésotérisme.