Cagiliostro

Giuseppe BALSAMO a vu le jour à PALERME en Sicile. Fils de Pietro Balsamo, commerçant, et de Félicita Bracconieri, il entre en séminaire à l’âge de 12 ans puis se passionne pour la chimie et les onguents. Il épouse à Rome Lorenza FELICIANI, fille d’un artisan, qui deviendra Séraphina. C’est elle qui l’aurait baptisé Comte de Cagliostro.

CAGLIOSTRO

02 juin 1743 – 26 août 1795

Nul ne sait vraiment qui fut cet homme : escroc génial ou être de lumière ? 
Nous partageons l’avis de Marc HAVEN qui indique que Cagliostro aurait été délaissé par les historiens et « abandonné aux écrivains (Gérard de Nerval et Alexandre Dumas, notamment) qui en ont fait le prototype légendaire de l’escroc brillant et bouffon, sorcier et prestidigitateur.

Sur chacune des facettes de sa personnalité apparente (voyant, magnétiseur, médecin, guérisseur, franc-maçon et prophète de la Révolution), les légendes ont couru ». Cagliostro demeure à ce jour une énigme.

Il fut compromis dans plusieurs affaires d’importance, dont celle du collier de la Reine Marie-Antoinette. Impliqué avec le Cardinal Rohan, tous deux furent acquittés par le Parlement de Paris dans la nuit du 31 mai au 1er juin 1786. Il est dit à propos de cette affaire dans le journal « L’Alsace » du 01/01/2005 qu’à la sortie du Parlement, « La foule – immense – leur avait fait un triomphe ».

En ce qui concerne la Franc-Maçonnerie en générale et la Franc-Maçonnerie Egyptienne, il est certain que Cagliostro a apporté beaucoup par son humanisme, sa clairvoyance, sa simplicité. Bon nombre d’auteurs lui attribue des connaissances en alchimie. Il aurait été Initié dans une Loge à Londres en 1777. S’attribuant la dignité de Grand Cophte, il fonda un Rite Egyptien et aurait ainsi créé avec succès de nombreuses Loges dans plusieurs pays dont la France (à Bordeaux et Lyon).

Deux siècles après sa disparition, l’énigme demeure ; mais comme le disait CAGLIOSTRO qui a très peu écrit (il préférait agir), « Je ne suis d’aucune époque ni d’aucun lieu ; en dehors du temps et de l’espace, mon être spirituel vit son éternelle existence ».

Quelques phrases de CAGLIOSTRO :

« Honore le Grand Architecte de l’Univers ; Aime ton Prochain ; Fais le Bien ; Laisse parler les Hommes. » Ou encore : « La Concorde grandit ce qui est petit, la Discorde annihile ce qui est Grand. »

Il mourut en prison probablement assassiné. 
De retour en Italie, Cagliostro se voit pourchassé particulièrement par les médecins et l’épiscopat. Il est arrêté à Rome en 1789 comme hérétique. Il fut condamné à mort le 21 mars 1791 mais vit sa peine commuée en détention à perpétuité. Sa femme fut placée dans un couvent.

Cagliostro fut transféré dans la prison pontificale de San-Leo, près de Saint Marin. Il va y subir une mort lente pendant près de quatre ans. Certains pensent qu’il a été étranglé sur ordre supérieur. L’acte de décès indique une « attaque d’apoplexie »